Cyberintimidation : comment aider votre fille à y faire face

  • Âge : 11-16 âges
  • Social Menu
Cyberintimidation : comment aider votre fille à y faire face

Les nouvelles technologies ont largement simplifié la tâche des intimidateurs, qui peuvent atteindre leurs victimes toujours plus facilement. Si vous pensez que votre fille est concernée, vous pouvez vous inspirer de notre liste d’actions concrètes afin de découvrir des moyens efficaces de protéger votre fille et de la prémunir contre les risques de cyberintimidation.

Qu’est-ce que la cyberintimidation? Si votre fille possède un téléphone portable, une console de jeu, des comptes sur les réseaux sociaux, des programmes de messagerie instantanée ou tout simplement sa propre adresse courriel, elle peut tout à fait être le témoin de cyberintimidation. Pire encore, elle pourrait en être elle-même victime. Dans ce cas, elle pourrait tout à fait recevoir des courriels, des textes ou des commentaires injurieux sur son mur Facebook ou bien encore être l’objet d’images ou de vidéos modifiées la présentant et diffusées en ligne, sans qu’elle ne le sache ni n’ait donné son accord.

« Ce qui rend la cyberintimidation si difficile, c’est que votre fille ne peut pas s’en échapper », explique Liz Watson, directrice de BeatBullying, principale association caritative de prévention du harcèlement du Royaume-Uni. « Dans le cas de l’intimidation traditionnelle, tout s’arrête lorsqu’elle rentre à la maison, mais la cyberintimidation ne s’arrête jamais et la poursuit jusque dans sa chambre. »

Recrudescence de la cyberintimidation

La cyberintimidation est en hausse. Depuis janvier 2009, l’organisation caritative britannique Family Lives précise avoir connu une augmentation de l’ordre de 13 % des appels vers sa ligne d’aide aux personnes harcelées, tandis que les appels concernant précisément la cyberintimidation ont fait un bon de 77 %. L’apparence est habituellement visée dans nombre de cas de cyberintimidation; et les filles en sont deux fois plus victimes que les garçons, d’après le rapport The Protection of Children Online: a Brief Scoping Review to Identify Vulnerable Groups(Protection des enfants en ligne – une présentation des principaux groupes à risque), publié par le ministère britannique de l’éducation.

L’apparence des filles, une des cibles classiques de la cyberintimidation

« Beaucoup de jeunes pensent qu’il est normal de faire des commentaires négatifs sur le look des autres », précise Liz Watson. « Après tout, la presse à potins le fait à longueur de pages dans ses articles mode consacrés aux célébrités. »

Il est également plus facile d’attaquer quelqu’un sur son apparence, car la cyberintimidation passe souvent par l’image. Il est en effet plus facile de cibler vos vêtements, vos cheveux et votre corps à partir de photos et vidéos publiées en ligne.

Mais lorsqu’une fille fait l’objet de moqueries constantes sur son apparence, elle peut être amenée à subir une baisse importante de son estime de soi. Si vous commencez à ressentir les effets de ces moqueries dans les choix de vie de votre fille, que ce soit dans les vêtements qu’elle porte ou dans les photos qu’elle souhaite partager en ligne, il est temps d’agir.

Réagir au harcèlement en ligne à la cyberintimidation

Parlez avec votre fille de la situation, optez pour des actions claires afin de résoudre le problème ensemble et aidez-la à acquérir des pratiques en ligne adaptées pour pouvoir se protéger à l’avenir des cyber-intimidateurs. Elle va organiser une grande partie de sa vie en ligne ou avec son téléphone portable. Mieux vaut donc ne pas « attendre que ça passe » ou pratiquer la politique de l’autruche. En développant dès à présent des stratégies de protection visant à réagir comme il se doit face aux critiques ou à la cyberintimidation, votre fille se dote d’un acquis essentiel pour l’estime de soi tout au long de la vie.

Inspirez-vous de la liste que nous avons préparée pour vous aider à comprendre les problèmes, à soutenir votre fille et à agir en vue de mettre un terme à toute forme de cyberintimidation.

Liste d’actions :
Réagir à la cyberintimidation

Savoir dire qu’il y a un problème : ce type de harcèlement peut être difficile à déceler. Parlez avec votre fille de son usage des nouvelles technologies. Vous ne pouvez pas être derrière chacun de ses mouvements, mais dès lors que vous savez quels sites elle apprécie et à quels jeux elle aime jouer, vous pouvez repérer ses changements d’habitude qui sont un bon indicateur qu’il se passe quelque chose.

Rassurer votre fille : aidez votre fille à comprendre que la façon dont elle traite les gens doit être identique, en ligne et hors ligne, à ce qu’elle attendrait de la part des autres. Si elle respecte cette règle, ses amis seront plus susceptibles d’en faire de même.

Partager votre expérience : parlez avec votre fille des raisons pour lesquelles certaines personnes harcèlent les autres et aidez-la à tirer les enseignements de ses propres expériences et à apprendre de ses propres observations.

Soutenir votre fille à travers une démarche positive : discutez de ce qu’elle ressent face à ces commentaires et aidez-la à remettre tout cela en perspective. Montrez-lui qu’il existe d’autres points de vue. Par exemple, elle fait peut-être l’objet de moqueries en raison de la couleur de ses cheveux, mais vous avez la même couleur et il s’agit de l’une de vos caractéristiques préférées.

Rassurez-la en lui rappelant qu’elle n’y est pour rien dans le fait de subir ces moqueries : parlez avec elle des raisons pour lesquelles certaines personnes en viennent à harceler les autres. Aidez-la à voir qu’elle n’y est pour rien dans tout cela et qu’il est inutile de changer son apparence ou de chercher à « rentrer dans le rang » pour faire taire les moqueries.

Obtenir le soutien de son école : si vous pensez que le sujet doit être abordé à son école, voire mentionné à la police, parlez avec elle de la marche à suivre pour qu’elle ait le sentiment de maîtriser la situation.

Réagir grâce aux outils en ligne : utilisez la fonction « bloquer » ou « signaler » contre l’auteur des commentaires désobligeants, comme le proposent la plupart des sites de réseaux sociaux. Certains sites Web contiennent des liens directs vers le CEOP’s Safety Centre (division de la police britannique chargée de la protection de l’enfance), ce qui vous permet de signaler immédiatement un harcèlement en ligne.

Rassembler des preuves : conservez autant de preuves de harcèlement que possible, depuis les SMS jusqu’aux captures d’écran de pages Web, qui vous aideront à mieux expliquer la nature du harcèlement.

Ne pas confronter directement le harceleur : évitez de répondre au harceleur de quelque manière que ce soit, car vous l’inciteriez à continuer. Contentez-vous de garder une trace du harcèlement et de la montrer à une autre personne, puis éteignez l’appareil pour mettre une barrière entre vous et le harceleur.

Et après : quelques idées d’actions pour vous aider

  • Partagez notre vidéo intitulée « Bave de crapaud » avec votre fille pour l’aider à mieux comprendre ce qui se passe dans la tête d’un harceleur.
  • Faites en sorte que vos conversations restent suffisamment ouvertes pour que votre fille puisse vous expliquer ce qu’elle ressent. D’autres filles qu’elle connaît ont-elles déjà vécu la même expérience  Comment ont-elles géré la situation?
  • Dans sa situation, pourrait-il être utile de parler avec d’autres personnes sur un forum en ligne comme celui de BeatBullying UK?

Nos experts

  • Dre Christina Berton

    Dre Christina Berton Spécialiste de l’estime de soi et fondatrice de l’Amara Pro Self-Esteem Foundation

 

Tous les commentaires (1)

Commentaires les mieux notés

Ajouter un commentaire

 

Tous les commentaires

© 2017 Unilever
Ce site Web s’adresse uniquement aux consommateurs canadiens de produits et services de Unilever Canada Inc et Unilever BCS Canada Inc. Ce site Web ne s’adresse pas aux consommateurs à l’extérieur du Canada.